Index ARCHIVES HUGO PRATT

Biographie

Corto

Western

Guerre

Autres

Collection

Blog

BIOGRAPHIE HUGO PRATT

Pour ceux qui souhaitent se plonger dans les biographies d'Hugo Pratt, un conseil : ne croyez rien de ce que vous lirez... Ses biographes l'avouent avec dépit, HP est un vénitien, c'est-à-dire un conteur, un homme de fables, de légendes... Sa vie est celle d'un personnage de roman, riche de rencontres et de voyages. Il est rare en effet de trouver un auteur dont la bibliothèque recèle près de trente mille livres, expert en kabbale et initié au vaudou. De fait, on a toujours cherché dans ses aventures de papier la part de l'autobiographie.

Hugo Pratt faisait, de son vivant, partie du Panthéon des auteurs de la Bande Dessinée mondiale. Son graphisme, son art cinématographique du récit et son personnage principal (Corto Maltese) ont fait de cet artiste le symbole d'une rhétorique de la "bande dessinée intelligente". Il a donné matière à de très nombreuses thèses universitaires, en France et en Italie notamment. Il existe donc beaucoup de sources de documentation ou de recherche pour les apprentis exégètes d'Hugo Pratt.

Voilà une sélection qui donnera, plus qu'une simple biographie, les clés d'accès au monde et au travail d’Hugo Pratt : quelques ouvrages, beaux ou bien faits, dont l'intérêt repose principalement dans la lecture des interviews de HP, hélas plus souvent axées sur sa vie que sur son œuvre.

Ouvrages à propos d'Hugo Pratt

"De l'autre côté de Corto" (Casterman)

 Il s’agit d’une très longue interview de Dominique Petitfaux qui s'est imposé comme le biographe officiel d’Hugo Pratt, et son plus grand érudit. Plus de 200 pages largement illustrées (parfois de planches inédites en France). Un livre passionnant pour le côté opiniâtre et systématique de l'entretien, qui aborde l’œuvre de HP dans une forme entièrement chronologique. Hugo Pratt mourra peu de temps après la parution de ce livre. A recommander à tous les collectionneurs pour son étonnante recherche bibliographique.

Dominique Petitfaux est également l'auteur d'un très bel ouvrage intimiste basé sur ses entretiens avec Hugo Pratt "Le désir d'être Inutile" (Robert Laffont) : 290 pages et de nombreuses illustrations, aquarelles, croquis, crayonnés et photos de HP et de son proche entourage.     

De l’autre côté de Corto  Le désir d’être inutile
Edition de luxe
 

"Pratt par Claude Moliterni" (Seghers) et autres rencontres.

Ouvrage recommandé, entre autres, pour une interview très intuitive : Moliterni aborde l’œuvre par des thématiques sensibles (les femmes, l'aventure, Venise ...). Une recherche graphique originale donne sa touche d'émotion à ce petit livre (16 X 14) réalisé par un vrai ami de Pratt. (réédition en 2005 éditions Horay) On trouve aussi « Pratt » de Vincenza Mollica et Mauro Paganelli (Goupil Editeur), une compilation de points de vue intéressants sur Hugo Pratt par des artistes, dessinateurs et amis, et « En Verve -  Hugo Pratt, mots, propos, aphorisme » (Pierre Horay).

« A la rencontre de… Hugo Pratt » est un supplément 148 pages de la revue Bédésup imprimé en janvier 1983 format 21x15 couverture souple: c'est un recueil des dossiers sur Hugo Pratt augmenté de nombreuses contributions internationales. On peut aussi lire « Avant Corto » de Pierre-Marcel Favre aux éditions éponymes et "En attendant Corto" (Vertige Graphic), un livre qui, précisément, dépasse le héros principal de Pratt pour faire le tour d’une œuvre qui existait dans toute sa richesse avant la création de Corto Maltese.

La traversée du labyrinthe (Biographie Illustrée par Jean-Claude GUILBERT)

Un livre (14cm x 21cm - 506 Pages) illustré de dessins d’Hugo Pratt & de quelques photos couleurs - Éditeur : Presse De La Renaissance. Chez Pratt, un épisode en apparence anodin nous entraîne souvent dans un tourbillon de poésie à l'imaginaire si puissant qu'il n'est pas toujours aisé de s'en sortir ...

 

Bric à brac…

"L'Univers de Hugo Pratt" (Dargaud) et « Pratt 50 & 60 »

L'intérêt de « l’univers de HP » réside principalement dans le format (35 X 25) permettant de restituer de magnifiques aquarelles de Pratt (notamment "Western") ponctuant des séquences ressemblant parfois à du remplissage : cases agrandies, interviews tronquées... Quelques séquences intéressantes malgré tout et la publication intégrale sous le titre « Fort Détroit » de "L'attaque du fort", récit écrit par Ongaro et dessiné par Pratt en 1970. Dans la même veine des compilations hétéroclites, les collectionneurs s’attacheront à retrouver deux albums parus chez Glénat en 1981 et intitulés « Pratt 50 » et « Pratt 60 ». Il s’agit de l’impression d’inédits, dessins, récits complets ou inachevés de tous types (récits de guerre, travaux publicitaires, etc.). On trouve également des crayonnés, dont une planche de Corto Maltese au tribunal en compagnie de Gandhi.

"Sottocorto" est un mini livre (6x6 cm) de 190 pages, presque un flip-book, illustrant des textes de Yeats et Tennyson au moyen d’une galerie de portraits des personnages croisés par Corto Maltese.

Édition promotionnelle… en vente entre particuliers

« La Lune » est paru en septembre 2005 chez Casterman. Hors commerce, il est proposé en cadeau aux acheteurs de deux ouvrages de Pratt. Il s’agit d’une compilation fourre-tout très légère (24 pages) et décevante présentant des extraits d’interviews de Hugo Pratt entrelardés d’illustrations. Sous le coup de sa parution inattendue, cet album à la couverture surprenante a généré quelques excès (près de 80 euros !) vite retombés sur les sites d’enchères en ligne.

 

Livres et Portfolios remarquables

 Les dessins d’ « Encres de Guerre » sont ceux qui ont servi à illustrer ''Soleil Noir'', le chef d'œuvre de Willbur Smith. ''Encres de Guerre'' a été imprimé par les éditions Rackham en 2001 à 500 ex (+30 HC), sur du papier Tintoretto 135g, sa couverture est cartonnée pleine toile (21 x 29,5). Il est disponible dans un étui noir toilé et comporte 90 pages en noir et blanc. Il pèse un kilo au bas mot…

On peut aussi trouver « CM » un portfolio sous chemise cartonnée tiré à 999 exemplaires par les éditons Kesselring.

Encres de guerre CM (Kesselring)

 

Les périodiques 

Hugo Pratt a toujours fréquenté avec assiduité la presse périodique dédiée à la Bande Dessinée. Il a notamment débuté sa carrière avec les revues éditées par lui-même et ses complices en Italie, puis en Argentine. Les magazines « Sergent Kirk » ou « L’As de Pique » (Asso di Picche) furent les premiers véhicules de son expression, avant les parutions en albums.

Au-delà des publications BD qui achètent ses bandes pour les publier en feuilleton (Pif, Linus, Tintin, Circus, Pilote, À suivre, Vécu, etc.), Hugo Pratt renoue durant les années 80 avec l’autoédition qu’il avait expérimentée à ses débuts, en créant la revue « Corto ». Ce magazine ‘glossy’ publiera nombre d’auteurs avec lesquels il partageait une communauté d’intérêt, notamment pour les voyages et la découverte des cultures. Cette expérience n’a pas duré au-delà de 22 numéros. Cette revue mêlait premières publications, bandes de qualité et reportages très fouillés et « exotiques », à la façon d’un Géo. Chaque numéro est donc un très bel objet qui peut encore aujourd’hui se relire avec beaucoup de plaisir. Les numéros, parus de mai 1985 à novembre 1989, ont été regroupés en almanachs. 

N°1 (1985)   N°11 N°20
Dernier numéro

On trouve dans ces numéros les premières publications des aventures de Corto Maltese en cahier détachable : « Tangos » sous son nom original « Y todo a media luz » (dans le numéro 11) et « Les Helvétiques » (dans le numéro 14) ainsi que la première publication de « La Maison dorée de Samarkand » en feuilleton. 

Par ailleurs, la presse de bandes dessinées a de nombreuses fois fait d’Hugo Pratt un produit d’appel en lui consacrant des dossiers complets. Quelques-uns sont listés ci-dessous :

Phénix (1974) Les Cahiers de la BD (1977) Le collectionneur de Bandes Dessinées
(1986 & 1990)  
Bodoï

 

Les amoureux de Corto Maltese

Ils trouveront leur bonheur dans des livres dédiés à leur marin préféré, signe que le personnage tend à devenir aussi important que celui qui l’a créé. Les "Mémoires" de Corto Maltese (Casterman), écrit par Michel Pierre, visite les interstices de la biographie connue du héros : l’enfance, l’adolescence, le cabotage entre deux aventures, la guerre d’Espagne et jusqu’aux derniers jours du marin à Boston, face à la mer.

"Dedicated to Corto Maltese" (Kesselring) est difficile à trouver aujourd'hui : des artistes (Moebius, Liberatore, Umberto Eco...) écrivent ou dessinent leur fascination pour Corto Maltese : inégal mais à voir pour les 3 planches dessinées par Milo Manara.

  Esmeralda par MANARA

 

Quelque femmes…

Autre bel ouvrage : « Les femmes de Corto Maltes » est une jolie et très riche compilation, dont la couverture a aussi fait l’objet d’un… calendrier ! Pirelli et les joueurs du Stade Français n’ont qu’à bien se tenir ! 

« Les femmes de Corto Maltese » reste un ouvrage déroutant tant il mêle le vrai et le faux, exposant les personnages de Pratt en abyme aux côtés de photos ou reproductions de documents anciens censés leur avoir réellement appartenu. Si certaines femmes, comme Louise Brooks par exemple, appartiennent bel et bien à l’Histoire il n’est pas sûr que Venexiana Stevenson ou Bouche Dorée aient eu une existence autrement que dans les méandres de l’imagination d’Hugo Pratt. Cet exercice impressionnant d’anthropomorphisme exercé sur des personnages de papier est d’ailleurs une spécialité de Michel Pierre. On peut apprécier l’immersion totale dans le rêve (à la façon de Corto Maltese, précisément) ou rejeter le principe d’une pugnacité visant à « réaliser » jusqu’à l’extrême ce que nous savons et préférons être des histoires.

« Femmes » (Casterman) recense les femmes que Corto a croisées, qu’elles soient tombées sous le charme ou non... Il existe également un ouvrage pirate intitulé « les Erotiques ». 

 

Un peu de géographie…

« Les Ballades de Corto Maltese» racontées par Guido Fuga, un des collaborateurs de Pratt qui exécutait certains décors (notamment les trains de Corto Maltese en Sibérie) est un livre mi-passionné mi-touristique sur Venise. Dans cette veine du parcours du héros, le hors-série de Géo, publié à l’automne 2001 est une très belle réalisation. Jacques Ferrandez et Michel Pierre ont également réalisé « Armoriques », les ballades de Corto Maltese en Bretagne (Casterman). Enfin, « J’avais un rendez-vous » (Vertige Graphic) est un livre tout à fait original sur le rapport d’Hugo Pratt avec des lieux géographiques et/ou imaginaires, figures mythiques de la littérature ayant grandement influencé ou inspiré l’auteur.

 

Hugo Pratt l’aquarelliste

On ne sait pas toujours qu’Hugo Pratt fut un aquarelliste très fin et talentueux. Son travail d'illustrateur mérite largement le détour.

Périples imaginaires (Casterman), paru en septembre 2005, est une somme de 456 pages au format 30 x 28 cm ; couverture cartonnée. Catalogue de l’exposition rétrospective des 10 ans de la disparition d’Hugo Pratt à Sienne en Italie. Ce beau livre regroupe toute l’œuvre d’aquarelliste de Pratt et sera suivie d’un second volume consacré au reste de son œuvre. Un ouvrage unique, qui regroupe pour la première fois la totalité de la production d’aquarelles d’Hugo Pratt, dont certains travaux encore inconnus du grand public, classées par année, de 1965 à 1995. Il existe également un catalogue d’aquarelles paru aux éditions Del Grifo en 1986 (210 pages). 

"Hugo Pratt, aquarelles" (Casterman) est paru à l'occasion de l'exposition "Hugo Pratt, voyages littéraires" organisée du 26 juin au 8 septembre 1996 à Bruxelles et du 27 septembre au 31 décembre 1996 à Mons. Ce catalogue de 128 pages comporte de nombreuses aquarelles avec des poèmes de Yeats, Hesse, Kipling. Les préfaces sont de Patrizia Zanotti, Claude Lorent (critique d'art) et Dominique Petitfaux.

Les textes illustrés d’aquarelles aux éditions Vertige Graphic : "Sonnets Érotiques" de Giorgio Baffo, "Lettres d'Afrique" d’Arthur Rimbaud et "Poèmes" de Rudyard Kipling, composent des ouvrages magnifiques.

"Occident" de Hugo Pratt, paru en  Novembre 1984 chez Del Grifo et Kesselring (44 pages au format 21 x 22) regroupe des photos en noir et blanc prises par Hugo Pratt et des aquarelles inédites.

 

Hugo Pratt et la littérature

Pratt, l’homme aux 30 000 livres était un dévoreur et un érudit. Une des caractéristiques majeures de son œuvre, notamment au travers de la série Corto Maltese, est cette capacité à mêler les références littéraires à ses récits d’aventures. Les livres et les écrivains sont très fréquemment cités et incitent le lecteur à partir au-delà de la bande dessinée vers de vastes horizons, ceux de Jack London, de Lord Byron ou de Sir Thomas More… dont la postérité devra sûrement être attribuée pour partie à Hugo Pratt.

HP a toujours dit qu’il n’éprouvait pas de frustration à exercer son talent (presque) uniquement dans le 9° art et qu’il n’était que modérément doué pour l’expression littéraire. Il s'est essayé -sur le tard- à la littérature dans une forme classique et a publié quelques romans, agréables à lire mais qui ne figureront pas aux Lagarde et Michard : "Corto Maltese" qui reprend sous forme de roman l'histoire de la "Ballade de la mer salée" ; "Cour des mystères", "Vent de terres lointaines", "Jesuit Joe" (éditions Favre) et "Le roman de Criss Kenton" , le plus réussi.  

3 éditions différentes du livre « Corto Maltese »

 

Hugo Pratt scénariste

Milo Manara, dessinateur italien mondialement connu pour son travail sur l'érotisme (« Le déclic », « Le parfum de l'invisible », etc.), fait partie des auteurs qui revendiquent l'influence d'Hugo Pratt et le mettent au premier rang des auteurs contemporains. Cette admiration l’a conduit à susciter la collaboration de Pratt pour deux récits dont Pratt est le scénariste : "Un été Indien" et "El Gaucho".

Nous conseillons fortement la lecture d'"Un été indien" : les ambiances y sont magistralement traduites, avec une alternance de lenteur et de précipitation dans le récit. Très forte et historiquement précise, l'intrigue passionne quand le dessin constitue un sommet du genre (bien plus inspiré que les classiques obsessions érotiques de Manara). Pratt n'y est peut-être pas pour rien, qui à réalisé les aquarelles à partir desquelles Milo Manara a travaillé. « El Gaucho », en revanche laisse un sentiment mitigé d’inachevé. 

 

Hugo Pratt héros de BD

Manara a poussé l'admiration pour Hugo Pratt jusqu'à en faire le personnage d'une série philosophique : « Guiseppe Bergman ». Le grand « HP » (Hugo Pratt) est le Maître d'Aventures, celui qui a droit de vie et de mort sur le personnage principal, héros à son corps défendant d’aventures mises en scène dans le but de réveiller l’attention du lecteur. D’où la place laissées à l’érotisme, à la violence et au fantastique …

La série des "Guiseppe Bergman" comporte 4 volets publiés en France. Cette série atypique se dilue un peu dans un délire Fellinien au fil des épisodes, mais nous conseillons de lire au moins le premier tome «HP et Guiseppe Bergmann» (Casterman). Ceux qui accrochent spécialement à l’art graphique de Manara plus qu’à ses aptitudes au scénario seront forcément séduits par le dernier opus.

 

Hugo Pratt sur le web

http://www.multimania.com/shamael mérite un vrai coup d’œil. La page de sommaire vaut à elle seule le détour, pour le graphisme magnifique, rendant (chapeau) le style de Pratt dans des jeux d'ombres et de lumière très séduisants. La galerie des "femmes de Corto", essentiellement des aquarelles, est superbe. Dommage que le site soit un peu laissé à l’abandon (et aux marchands de liens sponsorisés…) depuis quelques années.
A voir quand même.

2005 © Bruno RICARD–ricard.b@free.fr

Bio Corto Western Guerre Autres Collec